Chevaux, pas chevals

Le pluriel

Pour une raison mystérieuse, la rumeur que la nouvelle orthographe change le pluriel du mot « chevaux » à « chevals » fait fureur. Et bien, on vous le confirme une fois pour tout : cheval au pluriel s’écrit « chevaux ». Même selon la nouvelle orthographe. Point à la ligne.

 

Cependant, il est possible que cette rumeur ait pris racine du fait que la nouvelle orthographe régularise quelques aspects du pluriel.

 

Les mots composés :

– Prennent la marque du pluriel au 2e mot seulement. Voici des exemples :

  • mot composé par un verbe et un nom

Ex. : Un brise-glace

         Des brise-glaces

 

  • mot composé par une préposition et un nom

Ex. : Un sans-abri

         Des sans-abris

 

Donc, ce n’est que le nom qui s’accorde au pluriel. Dites-vous qu’une préposition est toujours invariable et qu’un verbe se conjugue, il ne s’accorde pas (sauf le participe passé).

 

Les seules exceptions à cette règle sont les mots composés dont le deuxième élément :

  • contient un article.

Ex. :    Un trompe-l’œil

            Des trompe-l’œil

 

  • commence par une majuscule

Ex. :    Un prie-Dieu

            Des prie-Dieu

 

Les mots empruntés :

– Suivent la règle normale du pluriel, c’est-à-dire qu’ils gagnent un « s » au pluriel.

  Ex. :     Les boss, les gentlemans, les matchs, les minimums…

 

Les exceptions sont les mots qui ont gardé leur valeur de citation.

Ex. :     Requiem

 

Note : Ces mots gardent leur orthographe originelle sauf pour les accents. Ils sont ajoutés pour faciliter la prononciation française.

Ex. :     Les révolvers